26 avr. 2013

Oiseaux : le grèbe huppé


L'oiseau :


Le grèbe huppé, Podiceps cristatus, appartient à la famille des podicipédidés.
Il est assez remarquable parmi les grèbes, car il est plutôt plus grand que les autres espèces, il possède un cou long et fin et certaines particularités caractéristiques.
Le grèbe huppé, comme le grèbe à cou noir par exemple, a un plumage nuptial notoirement différent du plumage internuptial.
Sa huppe de plumes noires est particulièrement visible en période nuptiale, ou elle se divise en deux faisceaux formant deux "oreilles" typiques. En dehors de cette période, cette huppe se résume à un aspect ébouriffé, fréquent chez les grèbes.
Au printemps il se pare d'une sorte de collerette rousse disposée de part et d'autre du haut du cou.
L'une des caractéristiques étonnantes de cet oiseau est la parade nuptiale à laquelle il s'adonne, et ou les deux protagonistes se font face, cou dressé, huppe relevée, collerette en évidence.
Le grèbe huppé est aussi un excellent plongeur qui peut rester plusieurs minutes sous l'eau, descendre à -20m, et parcourir une certaine distance avant de ressortir, ce qui peut le rendre difficile à suivre... Heureusement, il n'est pas très farouche et se laisse d'avantage approcher qu'un cormoran par exemple.

La prise de vue :


Le plus difficile avec les grèbes est de parvenir à les repérer, les mettre dans le viseur, faire le point et prendre la photo avant qu'ils ne replongent. Sans oublier le fait que les grèbes, s'ils se laissent approcher, on souvent tendance à nous tourner le dos en s'éloignant malgré tout, ce qui donne des images souvent peu esthétiques. 
Pour cette photo prise dans un petit canal de camargue en avril 2013, j'ai bénéficié de l'aide d'un ami ornitho qui s'occupait de suivre l'oiseau en voiture, me laissant le soin de le photographier. Pas évident malgré tout d'arriver à sa hauteur, s'arrêter, couper le moteur, etc... 
Dans ce genre de situation, on se demande parfois si l'oiseau ne serait pas en train de se fiche de nous. Il plonge juste avant la photo, réapparait trop à gauche, on se déplace, il nous regarde, on vise, il plonge, puis ressort trop à droite, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'observateur se lasse. 
Il a du bien rigoler le grèbe...

Matériel :


Canon Eos 7D, Sigma 500mm F/4,5 en appui sur la portière de la voiture.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire