17 févr. 2014

La fauvette mélanocéphale


Caractéristiques de l'oiseau :


La fauvette mélanocéphale, Sylvia melanocephala, est un petit passereau de la famille des Sylviidés. Son nom prête à confusion avec la fauvette à tête noire, Sylvia atricapilla.


Les fauvettes sont des passereaux de petite taille qui fréquentent la végétation basse et ont un comportement assez furtif.

Le mâle adulte de la fauvette mélanocéphale se distingue aisément par sa tête noire contrastant avec sa gorge blanche. De loin, dans de mauvaises conditions d'observation on peut la confondre avec la fauvette à tête noire mais celle-ci n'a de noir que la calotte. De plus la fauvette mélanocéphale présente un cercle oculaire rouge caractéristique.
La queue assez longue est souvent dressée. Elles est bordée de blanc, ce qui est surtout visible sur l'oiseau en vol.
Le reste du corps de l'oiseau est gris, plus sombre sur le dos que sur le ventre, et les ailes sont nuancées de brun.

La femelle de la fauvette mélanocéphale est plus brunâtre, la tête est grise plutôt que noire, le cercle oculaire est moins net.

Le juvénile ressemble à la femelle.

La fauvette mélanocéphale est un oiseau hyperactif, toujours en mouvement, qui comme toutes les fauvettes a tendance à se cacher dans la végétation. Toutefois, le mâle notamment se perche parfois sur le sommet des buissons pour observer son territoire et les invectiver les éventuels intrus...

On peut observer la fauvette mélanocéphale essentiellement sur les côtes de la méditerranée, ou elle peut trouver le climat doux qui lui convient.

Observer et photographier la fauvette mélanocéphale :


La fauvette mélanocéphale est peut-être la "moins invisible" des fauvettes. Cette famille d'oiseaux furtifs hante la végétation basse est touffue des maquis et garrigues, les buissons denses de cistes et de chênes kermès. Il se trouve que cette espèce-ci est très territoriale et le mâle se montre et surtout se fait entendre plus fréquemment que les autres. On a donc toutes les chances de l'observer si on la cherche, perchée au sommet d'un buisson ou d'un arbrisseau isolé.
Pour la photographier, il faudra être prêt à déclencher, car elle n'attendra pas longtemps que vous effectuiez vos réglages.
Celle-ci a été photographiée en janvier 2014 dans les bouches du Rhône, dans une garrigue de bord de mer.

Matériel utilisé :


Canon Eos 7D, Sigma 500mm f/4.5 et trépied Benro, tête pendulaire Jobu Jr.3

Aucun commentaire:

Publier un commentaire