9 mai 2014

Le fuligule milouinan


Caractéristiques de l'oiseau :


Le fuligule milouinan, Aythya marila, est un canard "plongeur" et appartient donc à la famille des Anatidés.


Le fuligule milouinan est un canard assez massif, avec un bec épais et une tête bien ronde.

Le plumage du fuligule milouinan mâle se découpe globalement en trois parties : une tête, une poitrine et une queue noires, un dos gris finement strié de noir, et des flancs blancs. La tête noire présente des reflets verts si l'éclairage est favorable, et les yeux jaunes contrastant fortement sont nettement visibles. 
Le bec est gris-bleuté avec une tache noire à la pointe.
La femelle du fuligule milouinan est globalement plus terne, avec des flancs grisâtres et le noir du triptyque tête-poitrine-queue est remplacé par du brun. Une tache blanche assez large en forme de cercle entoure la base du bec et est caractéristique de la femelle de fuligule milouinan.
Le juvénile ressemble à la femelle mais le gris du dos et des flancs est remplacé par du brun (sombre sur le dos, moyen sur les flancs) et la tache encerclant le bec est plus discrète, partielle, parfois jaunâtre.

Le fuligule milouinan ne doit pas être confondu avec le fuligule morillon (notamment la femelle), mais celui-ci possède une huppe en arrière du crâne qui le rend immédiatement reconnaissable.
D'allure générale, le fuligule milouinan ressemble un peu au fuligule milouin.

Etant un canard plongeur, le fuligule milouinan se nourrit en plongeant à plusieurs mètres de profondeur pour y consommer essentiellement des mollusques. Il est toutefois omnivore et peu également consommer des végétaux.

Le fuligule milouinan est un migrateur qui passe l'été dans la toundra russe, en Islande et dans les pays scandinaves. En hiver, il redescend et s'établit généralement en bord de mer. En france on peut l'observer le long des côtes de la manche et de l'atlantique.

Observer et photographier le fuligule milouinan :


En France, le fuligule milouinan ne s'observe qu'en hiver et en période migratoire, essentiellement sur la côte entre la vendée et le nord.
Mieux vaut un ciel voilé ou une lumière douce de fin de journée. C'est un oiseau tout en contrastes de noir et de blanc qu'il n'est pas facile d'exposer correctement. Il faut faire plusieurs essais et vérifier son histogramme (si possible). 
Celui-ci a été photographié en baie de Somme en mai 2012.

Matériel utilisé :


Canon Eos 7D, EF 100-400 L IS à 400mm à main levée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire